Lettre au Bourgemestre par l’association culturelle kurde à Liège

196

Cher Monsieur Le Bourgmestre,

Nous avons organisé une manifestation à la Place Saint- Lambert le jeudi 10 octobre. Celle-ci s’est déroulée sans aucune problème.

Pendant la manifestation, nos camarades belges nous ont manifesté leur désir d’organisation d’un nouveau rassemblement. Vous avez certainement été mis au courant vu que l’autorisation a été donnée. Puis ils sont venus vers nous pour nous confirmer celle-ci . Peu après nous avons eu des informations comme quoi la communauté turque s’organisait sur Snapchat pour venir saboter notre manifestation prévue initialement devant le Perron. Le message sur les réseaux sociaux s’agissait d’un appel à faire couler le sang. Certains de nos jeunes ont effectué des captures d’écran de cette incitation à la haine et cela a été mis à la connaissance de la police. Suite à cela et à la demande des autorités, nous nous sommes mis d’accord avec nos camarades pour changer le lieu où devait se tenir le rassemblement pour éviter une quelconque provocation.

Lorsque nous sommes arrivés sur place, quelques jeunes Turcs étaient déjà là avec des drapeaux et criaient Allahu akbar en faisant le signe des nationalistes (les loups gris)et les signes des islamistes tels Daesh notamment. En outre, d’autres slogans, menaces et insultes à notre encontre furent proférés dans le but de nous rendre furieux.

Nous avons demandé à la police ce qui pouvait être fait pour éviter un affrontement entre les jeunes. Celle-ci nous a répondu qu’ils n’avaient pas l’autorisation de manifester mais qu’ils avaient le droit de rester 45 minutes.

  1. Pendant que les représentant.e.s des différents partis politiques discutaient de faire une manifestation le lendemain de la manifestation du 11 octobre, nous nous questionnons encore sur comment les Turcs ont pu être prévenus de l’événement mais surtout du lieu de rassemblement.
  2. Nous avons déplacé le lieu de manifestation du Perron à la place Saint-Lambert mais nous nous questionnons encore sur le pourquoi la police a autorisé les Turcs à se rassembler et provoquer les manifestant.e.s qui dénonçaient la guerre unilatérale menée par la Turquie dans le nord de la Syrie. Pourquoi des mesures concrètes n’ont pas été prises pour ces personnes qui n’étaient pas venus de manière pacifique ? Les manifestant.e.s kurdes et leurs camarades ont écouté les consignes de la police leur demandant de ne pas se mettre face aux Turcs pour éviter le conflit au maximum.
  3. Après les 45 minutes de rassemblement sans autorisation des Turcs, nous nous demandons encore pour quelle(s) raison(s) la police n’a pas dispersé les jeunes vu que le temps était écoulé. Nous désirions juste que la police mette fin à leur rassemblement illégal car ils y allaient de plus belle dans la profération de leurs menaces et insultes. De plus, la police voyait très bien que nous avions de plus en plus de mal à contenir nos jeunes qui n’en pouvaient plus des insultes personnelles notamment.   Nous n’avons pas réussi à retenir les jeunes arabes, arméniens, syriaques qui étaient venus manifester avec la communauté kurde. La Police nous a demandé qui étaient ces jeunes mais nous ne les connaissions pas, ils étaient venus soutenir comme les autres participant.e.s mais ne nous ont plus écouté quand nous demandions de ne pas répondre aux provocations.
  4. La coopérative politique Vega, Écolo, le collectif de solidarité Liège – Rojava, le front antifasciste liege 2.0, des représentants du PS, des membres des communautés yézidi, kurde, arabe, syriaque, arménienne, etc. ont participé ensemble dans un but pacifique à la dénonciation de l’invasion turque dans le nord de la Syrie. Toutes et tous ont été témoins de nos efforts pour éviter une bagarre. Malheureusement, malgré les efforts que nous avons déployés, celle-ci a tout de même eu lieu.

Nous nous inscrivons dans le contexte liégeois et nous défendons l’idée que le conflit ne doit pas être importé ici. Nous déplorons ce qu’il s’est passé. Nous refusons que Liège soit le théâtre de conflit ethniques entre Kurdes et Turcs notamment. Sachez également que l’incitation à la haine des Turcs vient de plus haut Carle but est de semer le chaos dans les villes européennes. Nous ne voulons pas de cela ici. En outre, des photos de manifestants kurdes circulent sur les réseaux sociaux. En effet, des Liégeois d’origine turque partagent des photos de manifestants avec leur adresse (du domicile ou lieu de travail) sur Snapchat notamment en demandant de donner une bonne leçon à ces personnes.

Nous sommes pour le respect, la tolérance et le vivre-ensemble qu’importe nos différences. Nous défendons le système mis en place au Rojava et qui prône la liberté, l’égalité entre hommes et femmes, la fraternité des peuples, l’écologie, la démocratie et le socialisme. Les Kurdes, les Arabes, les Arméniens, les Syriaques, les Turkmènes, les sunnites, les chiites, les chrétiens, les Yézidis vivent ensemble dans le nord de la Syrie et nous osons espérer que cela est possible ici.

De ce fait, nous espérons que vous prendrez des mesures pour favoriser cela et désamorcer les tensions entre les différentes communautés dû à la cristallisation du conflit en Syrie.

Nous espérons également que tout comme certaines communes de Belgique, vous vous prononcerez officiellement contre cette guerre qui va engendrer un bain de sang, un exode de masse des populations et la venue éventuelle des terroristes de Daesh.

Nous sommes disposé.e.s à vous rencontrer si vous nous le permettez.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions d’agréer Monsieur le Bourgmestre, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Centre Culturelle kurde de Liège