Est-ce que les places Bruxelloises sont interdites aux Kurdes? Lettre ouverte à Yvan Mayeur et le PS.

191

Est-ce que les places Bruxelloises sont interdites aux Kurdes?
Lettre ouverte à Yvan Mayeur et le PS.

La communauté kurde de Belgique a noté avec consternation la décision de la ville de Bruxelles d’interdire la semaine culturelle kurde. Cet événement culturel aurait lieu normalement du 22 au 25 Septembre. Certaines des activités auraient eu lieu au Bozar et le Parlement flamand, mais la plupart des activités étaient prévu à la Place de l’Espagne. Ces dernier sont donc interdit.

La semaine culturelle kurde est un événement purement culturel qui a eu lieu sans problèmes au même endroit en 2014 et 2015. La troisième édition avait exactement le même format, ni plus, ni moins. Il est incompréhensible que cela ne peut pas se produire cette fois-ci. En outre: non seulement cet événement est interdit, mais depuis Juin 2016, toutes les permissions pour nos événements et manifestations publiques ont été catégoriquement refusé. Sans aucune motivation ni communication.

La communauté kurde de Belgique est très active, y compris pour les événements dans la rue et des manifestations. Navbel a toujours assumé ses responsabilités et – en consultation avec les autorités compétentes – géré de manière efficace ses activités publics, comme l’exige la réglementation.
Toutefois, les quatre derniers mois, l’attitude de la Commune a changé unilatéralement et tous nos demandes de manifestations ont été refusé. Jamais la Commune nous a donné une raison pour ce refus d’autorisation. Nos tentatives d’entrer en dialogue avec le Bourgmestre Yvan Mayeur te la Commune ont été tout simplement ignoré. Nous sommes dans l’obscurité totale sur les motivations de la Marie et ce changement d’attitude envers la communauté kurde.

Q’un événement purement culturel et apolitique que nous organisons depuis des années soit interdit, est la goutte qui fait déborder le vase. Nous ne pouvons pas accepter et nous exigeons des réponses. Nous appelons mr. Yvan Mayeur – quand même maire de tout les Bruxellois – de réfléchir et d’abandonner cette attitude qui nuit aux bonnes relations entre les Kurdes et la ville et qui en plus est une violation des droits et des libertés démocratiques. Nous voulons savoir de Bourgmestre si la place public à Bruxelles est désormais interdit aux Kurdes?

Que sont les motifs du Bourgmestre?  Le gouvernement AKP à Ankara vient de destituer de façon scandaleux et antidémocratique (sous l’état de siège) 24 maires des villes kurdes. Des conseils municipaux sont mis hors-jeu, et des administrateurs sont mis en place, comme des princeps romains, des dictateurs qui contrôlent les villes. Nous nous demandons si Ankara a fait la même chose à Bruxelles? Qui a le dernier mot à Bruxelles, le maire Mayeur ou l’ambassadeur de Turquie?

De l’ingérence turque, que ce soit par l’ambassade ou par des groupes de pression belgo-turque ce n’est pas nouveau. La communauté kurde a toujours été confronté à l’interférence anti-démocratique. Mais au moment ou les traits dictatoriaux d’Ankara se sont surmultipliée, nous le constatons en Belgique. Parfois nous pouvons continuer nos activités, mais tout aussi souvent les autorités belges succombent au pressions et interdisent nos activités. Dans le passé récent, des universités belges, des parlements, des centres culturels, des municipalités … ont tous succombé au pression turques et interdit nos activités. De plus en plus, nous avons l’impression que nous, les Kurdes sont abandonnés dans notre lutte pour la reconnaissance et la démocratie.

La mentalité de l’Etat turc est connu: s’il y a quelque chose qui se produit au nom des droits des Kurdes, la Turquie fait allusion au PKK, essaye de criminaliseer et supprimer. Voilà la ‘solution’ facile de la part de Turquie qui, en dépit du processus de paix récent, n’est toujours pas capable de faire face à sa réalité kurde. Mais est-ce que la Belgique reprend-elle cette mentalité turque? Est-ce que la Belgique accorde aux Kurdes une place sous le soleil? Est-ce que les politiciens belges ont encore confiance aux valeurs et normes démocratiques ou est-ce qu’ils sont tous intimidés par le despot Erdogan?

Nous demandons explicitement au Parti socialiste, le parti de Yvan Mayeur, ce qu’ils pensent de la situation politique en Turquie, la répression contre l’opposition et les médias, les négociations d’adhésion à l’UE et les efforts de l’UE à fin de renforcer les normes démocratiques en Turquie?

D’un coup, le gouvernement AKP vient de licencier près de 12 000 enseignants kurdes dont près de 10 000 membre du syndicat socialiste Egitim-Sen, sur base des accusations vagues comme «affilié avec le PKK.” Qu’en pense le PS? Et la FGTB, le CSC et CGSLB?

Monsieur le Bourgmestre,  Yvan Mayeur, importer la mentalité de l’Etat turc en Belgique ne fera qu’aggraver les problèmes sociaux au lieu de les résoudre. Fermer les places publics de Bruxelles au Kurdes, comme le régime turque le fait à Gezi et Taksim ne peut que nourrir le mécontentement.
Par conséquent, nous vous demandons de reconsidérer et d’abandonner cette position anti-démocratique. Réviser la décision au sujet de la semaine culturelle et laissez-la se dérouler comme prévu.


Mustafa Kumral (co-président)
Arife Soysuren (co-présidente)
Salih Ucar (relations extérieures)
Orhan Kilic (porte-parole)